Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 00:07

Les Faits qui m’ont amené à démissionner.

 

Le 12 avril 2010, Tenue à 20 H.

 

Entre 19h15 et 19h 30 la plupart des Maîtres de la Loge – ceux qui font partie des hauts grades – se réunissent. Je ne suis pas convié bien que je sois Secrétaire.

Conciliabule.

A 19h 45 environ, un Maître vient me chercher et je m’installe dans la salle à côté du Temple, là où aucun profane ne peut accéder.

Face à moi, le Vénérable Maître entouré, de part et d’autre de la table, des Maîtres qui sont dans les Loges Supérieures pour la plupart, soit environ une bonne douzaine. Tous ont les yeux dardés sur moi, accusateurs, le visage fermé.

 

Le Vénérable lit une lettre qu’il a reçue de son alter ego de Tradition Ecossaise. Celle-ci m’accuse de racisme et de xénophobie notoire et pendant 4 à 5 minutes mon accusateur me fait un procès sans appel. A l’appui de sa diatribe où se mêle des inexactitudes qui incriminent des fondateurs de cette Respectable Loge de Tradition Ecossaise qui, depuis déjà un certain temps, ont préféré la quitter compte tenu du climat délétère qui règne depuis plusieurs mois dans celle-ci, il me présente une photocopie d’un PPS et me demande si je reconnais avoir expédié celui-ci. Ce PPS dénonce l’islamisme radical en Europe. La question est fermée et je ne peux répondre que par l’affirmative ou la négative. Je ne suis pas autorisé à m’expliquer. Je n’ai pu donner la provenance et les raisons de cet envoi via la messagerie Web.

 

Le Vénérable Maître tenant mon affirmation, accusateur, joignant le geste à la parole en me désignant me dit que ce PPS provient d’un journal Frontiste « Marianne ». J’ignore tout de ce journal. Je suis sensé le savoir. J’apprendrais par une Sœur que ce journal a été créé par François Kahn. Qu’importe.

 

En conséquence étant donné que le frontisme est contraire à la philosophie maçonnique je suis contraint à signer une lettre de démission de mon Office de Secrétaire de Lumière d’Ecosse et de ma fonction d’animateur du groupe Action. Ce groupe permet à des Sœurs et Frères et de leurs ayants droit qui sont au chômage de retrouver, grâce à des techniques appropriés (j’ai terminé ma carrière comme prestataire de l’ANPE et de l’ARCO)  de demandeur d’emploi, de devenir des offreurs de services et recouvrer la dignité.

 

Je signe.

Je me lève et m’en vais sans rien dire. Il n’y avait rien à ajouter ni à dire.

 

Le non-dit du Vénérable qui s’étale sur son visage accusateur est éloquent de franchise. Aucune tristesse, aucune peine, aucune résignation, aucune interrogation, aucune indignation, seule une joie sadique de celui qui a le pouvoir de mettre en action la puissance que son rôle dans cette assemblée lui donne. Il a retiré le masque, il est tel qu’il est, enfin découvert. Celui-ci est d’autant plus fort que l’entourage accompagne la décision du « Chef de meute». Il est présentement la voix et la voie du groupe et grâce à cette action, reconnu comme tel, bien plus que sur le Plateau de la Respectable Loge. Ici il préside, non d’une manière rituellique, profane sans doute permis. C’est lui qui est reconnu, non le Véné que le Rituel désigne. Il exulte enfin.  Devant tous, il est le représentant du GADLU et le représentant temporel « il rend justice » oint par le groupe.

 

Mon sort est sans appel. Je suis non présumé coupable (officiellement) mais condamné à être rejeté du groupe. Le Temple est sacré, il a, enfin, son immolation reconnue et purificatrice. Le groupe peut lui rendre hommage et, surtout, lui être redevable.

 

Le Frère A. me court après pour me dire d’écrire une lettre d’excuse et de regret au Vénérable Maître et me conjure de revenir sur ma décision. Un autre Frère m’appelant au téléphone m’affirmera que quelques mois sur les Colonnes feront oublier l’affaire et que je pourrais revenir postuler pour un Office et qu'il me sera offert en gratitude.

 

Ma décision est déjà prise et elle est irrévocable : une fois revenu à la maison, j’écris ma lettre de démission tant de mon Atelier que de l’Obédience. Entre la décision du groupe annoncée, avec quel « effet de manche » par le Vénérable, et la démarche de ce Frère, cette mise en scène démontre l’incohérence de la démarche. Ce Frère ne m’a pas couru après sans l’autorisation du "Maître".

 

Ce qui s’est passé ? Comme beaucoup d’entre nous, nous constatons la montée de l’islamisme radical et je reçois tous les jours en 5 et 10 courriels électroniques traitant ce sujet avec beaucoup d’inquiétude. Le plus significatif est que  la provenance est souvent de Frères du GODF. J’apprendrais le lendemain qu’un certain nombre de Frères ont voté Le Pen lors du scrutin des régionales. J’apprendrais quelques semaines plus tard, par un Frère de Paris, que le Conseil de l’Ordre s’apprête à ester en Justice profane Lumière d’Ecosse sur un sujet dont le Secrétaire n’est pas du tout au courant.

 

En ce qui concerne mon envoi à un Frère de Tradition Ecossaise, R. l’a lui-même relayé à d’autres de ces connaissances et aussi à son propre Vénérable. Celui-ci détourne ce courriel privé pour me porter tort. Devais-je porter l’affaire en Pénal comme la loi m’y autorise ? Je venais de me retirer, le faire était me mettre à leur niveau. Notre Frère R. a lui aussi été dans l’obligation de quitter son Atelier.

 

A Tradition Ecossaise, Loge Mère de 4 autres Loges du département qui travaillent au REAA a parmi ses membres un Frère Marocain encarté au PS de la section de Nice. Il a magouillé afin de faire démissionner un autre Frère – encarté lui aussi au PS et professeur d’Université qui se présentait à la Mairie de Nice contre Monsieur Estrosi. Les renseignements que j’ai glanés laissent imaginer que ce Frère Marocain serait « pro-hamas ». Donc, pour des raisons que j’ignore à ce jour, il y a eu une cabale contre tout ce qui n’est pas musulman et ne s’affiche pas contre Israël au sein de cette Loge. Or mon Frère R. milite pour faire reconnaître tous les Justes de la région auprès du Consul d’Israël avec un certain succès. Ces actions n’ont pas de valeur aux yeux de son Vénérable, il est catalogué Frontiste et doit donc être radié du GODF.

 

J’ai mis plusieurs jours à reprendre mes esprits. J’ai été choqué émotionnellement et physiquement parlant.

 

Le comportement de cet Atelier conduit par un Vénérable dans son procédé dénote non un comportement d’Initié, de Maçon, mais bien un comportement profane. Nous avons là un chef de meute qui conduit, avec l’aval du groupe une politique politicienne en fonction des aléas et humeurs de la vérité du moment en vogue. Or sur la trentaine de Frères que comporte cet Atelier, seuls étaient présents les membres d’un petit groupe qui manœuvre en sous-main. Nous sommes dans un fonctionnement de groupe où on distingue ceux qui apprennent, ceux qui sont Lumière d’Ecosse quoi qu’il advienne, ils s’identifient au groupe, et enfin le manitou qui, lui, fait ce qu’il veut en fonction des circonstances et des peurs. Nous sommes dans un monde profane qui, parce qu’il est fermé, les participants vont subir la loi du plus fort ou être rejetés.

 

Ce procédé est particulièrement négatif car le groupe ne va pas aider l’individu mais bien plutôt l’asservir.

 

J’ai repris, et surtout goûté, ma liberté véritablement depuis ma démission.

 

Est-ce que cette expérience de Franc-Maçonnerie est à déconseiller ? Non ! À la condition d’être dans un Atelier où les participants sont des Maçons. J’ai eu la chance d’en connaître hors de mon Atelier et grâce à eux, je continue ma quête.

 

Je préfère être un profane sans Tablier et le servir qu’un Maçon qui se sert d’un tablier pour son propre intérêt.

 

J’ai dit.

 

Cannes le 8 juillet 2010

 

Voici la vision de la Franc-maçonnerie que je croyais trouver et que j'ai pu vivre à l'extérieur du GODF :

 

Les plus et les moins de la Maçonnerie, ou un guide vers l'autocritique de Edouardo FIGUEROA.

 

Beaucoup voient en la F.M une occason de se distraire, mais peu voient en elle un sentier initiatique.

 

Beaucoup continuent à se comporter en profane, mais peu sont de véritables initiés.

 

La plupart voient seulement dans l’initiation un drame symbolique, mais peu y voient un guide de transmutation alchimique.

 

La plupart trouvent dans les rituels une routine fastidieuse, mais peu découvrent sa magie.

 

Beaucoup trouvent dans les travaux présentés par les Frères quelque chose qui ne les intéresse pas,  mais peu retiennent la partie qui les a éclairés.

 

La plupart exigent seulement des privilèges, mais peu accomplissent leurs devoirs.

Beaucoup cherchent à tirer des avantages du Frère, mais peu sont disposés à se sacrifier pour lui.

 

Beaucoup cherchent à satisfaire leurs désirs, mais peu cherchent à élever leur esprit.

 

La plupart se laissent dominer par leur tempérament, mais peu cherchent leur équilibre.

 

Beaucoup veulent être Vénérables Maîtres de leur Loge, mais peu cherchent à être Vénérables Maîtres de leur propre Temple.

 

La plupart se considèrent comme de sages Maîtres, mais peu se considèrent comme d’éternels Apprentis.

 

Beaucoup demandent à parler, mais peu demandent à écouter.

 

La plupart cherchent un Dieu Extérieur, mais peu rencontrent leur Dieu Intérieur.

 

Beaucoup estiment qu’un sujet n’est pas de ton grade, mais peu trouvent la manière de développer un sujet de ton grade.

 

Beaucoup voient seulement les différentes chambres dans lesquelles on travaille symboliquement, mais peu connaissent la chambre dans laquelle ils travaillent intérieurement.

 

La plupart vivent comme des pierres brutes inutiles pour une quelconque construction, mais peu se convertissent en pierres cubiques qui soutiennent le Grand OEuvre.

 

Beaucoup sont Maîtres, mais peu connaissent l’Acacia.

 

Beaucoup sont compagnons, mais peu connaissent la lettre G.

 

Beaucoup sont apprentis, mais peu connaissent leur pierre brute.

 

Beaucoup arborent vaniteusement avec ostentation leurs grades mais peu les possèdent.

 

La plupart vivent dans le monde extérieur, mais peu vivent dans le monde intérieur.

 

Beaucoup ne savent pas le sens de leur vie, mais peu savent pourquoi ils sont venus au monde.

 

La plupart cherchent la maçonnerie sans la rencontrer parce qu’ils la cherchent à l’extérieur, mais peu l’ont rencontrée parce qu’ils l’ont cherchée intérieurement.

 

Beaucoup se limiteront seulement à lire ceci, mais peu l’intérioriseront en réfléchissant.

 

Et toi mon frère cherches-tu à être parmi les plus nombreux ou cherches-tu à être parmi les moins  nombreux ?

 

Parce que les moins nombreux doivent chercher à être plus nombreux et les plus nombreux doivent chercher à être moins nombreux.

 

 

Partager cet article

Repost 0
louis.peye.over-blog.com - dans Franc- maçonnerie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de louis.peye.over-blog.com
  • : Réflexions qui suis-je ? où vais-je ? pourquoi ?
  • Contact

Recherche

Liens