Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 janvier 2011 7 16 /01 /janvier /2011 17:46

La personne toxique est souvent un (e) manipulateur.

 

Il est important de comprendre qui est le manipulateur (ou manipulatrice – comme il y a en a autant d’un coté que de l’autre, je n’écrirais qu’au masculin pour ne pas alourdir inutilement les propos).

On peut dire que son rôle – vécu par les victimes qui s’en aperçoivent – est de culpabiliser, alors que lui se déresponsabilise. Il va communiquer d’une certaine manière et cette communication va semer la zizanie, dévaloriser. Il va se victimiser lui-même, changer ses attitudes, démontrer  qu’il est indifférent aux besoins des autres malgré ce qu’il dit.

Pourquoi ? Il veut tout contrôler et parvient à ses fins quels que soient les moyens. Il utilise des propos humiliants, dévalorisants au gré d’humeurs très fluctuantes. Pour parvenir à ses fins, il se montre sous son meilleur jour.

Le manipulateur est sympathique.

Du moins c’est souvent le visage qu’il montre. Souvent souriant, avenant, prévenant, sait se montrer attentif aux autres. Montre un visage rassurant. Il sait présenter la cuillère de miel et cacher la cuillère de vinaigre. Son but, lors des premiers entretiens avec un inconnu est de lui faire baisser la garde et acquérir sa confiance et ses confidences. C’est ce que l’on appelle l’effet « mimétisme ».

Facteurs engendrant la sympathie.

Ancien commercial je sais qu’il est indispensable d’avoir une apparence physique, une similarité, certaines familiarités avec l’Autre si je veux capter son attention. D’ailleurs Saint Exupéry dans le Petit Prince en fait référence. Plus je vais avoir de points communs avec cet Autre – physique, âge, culturel, préoccupations-, plus j’ai des chances d’être accepté par lui.

Différence comportementale entre le manipulateur et le personnage vraiment sympathique.

L’individu vraiment sympathique sait exprimer clairement et sincèrement son opinion, ses désires et ses sentiments. Il n’a pas peur d’être parfois différent de l’autre sur un point ou un autre. La personne qui « s’affirme » respecte aussi les besoins, les sentiments, les opinions de l’Autre. L’individu affirmé OSE être ce qu’il est tout en respectant l’Autre dans son intégralité. L’individu affirmé est bien dans sa peau, sans faux semblants, souriant, avenant et surtout respectueux de son vis-à-vis, d’humeur égale. Il est limpide dans son attitude et dans son esprit. Il ne cache rien de sa personnalité et n’a aucunement besoin d’écraser les autres pour se sentir valable. Il est, simplement conscient de ses forces et ses faiblesses, admettant que l’Autre peut avoir des qualités aussi, autres que des siennes. Chez lui, on ne ressent pas d’envies, de jalousies.

Au prime abord, rien de différencie le manipulateur de la personne affirmée qui est sympathique. Extérieurement, les sens sont abusés. Là est le danger.

On ne peut le reconnaître qu’après l’avoir côtoyé suffisamment longtemps pour que l’on découvre, au détour d’une conversation, d’un comportement incohérent, d’un mensonge que le personnage dit sympathique peut être un manipulateur qui se dévoile. Et parfois, car il sait se protéger par son « masque », ne jamais découvrir l’être qui se cache derrière.

Pourquoi ? On peut dire que pour plus de 90% des gens, il est plus important et facile de répondre aux besoins et aux demandes des autres plutôt qu’à leurs propres besoins. D’ailleurs, demandez à une personne autour de vous, de vous décrire ses besoins, ses qualités, ses points forts, souvent il est surpris et reste bouche « bée ». Il faut qu’il réfléchisse.  Les média savent cela. L’individu s’oublie à la détresse de l’autre. Par ailleurs, culturellement on prône la Fraternité, la solidarité, l’esprit d’équipe, l’oublie de soi, le sacrifice de soi. Jusqu’où peut-on accepté ?

Le manipulateur lui aussi le sait et en abuse.

Il est donc impératif de connaître ses propres besoins, de savoir qui nous sommes, de connaître nos objectifs, nos buts, le sens que nous voulons donner à notre existence, à notre vie.

C’est parce que nous ignorons ou voulons ignorer par paresse, nos besoins, parce que nous nions notre propre ego que nous acceptons la soumission du manipulateur. Nous devenons des personnes passives qui acceptent qu’un autre nous prenne en charge. Ainsi, pendant 6 mois, 10, 20 ans voir plus, ces personnes sont incapables de repérer le manipulateur qui leur « veut » du bien. Ces personnes sont dans la négation de leur propre personnalité, de leur propre force, de leur propre potentialité, de leur propre Moi. Ils agissent en fonction d’idées qu’elles ne remettent pas en cause, induites par le manipulateur.

Comment est ce possible ?

Lorsque nous entrons dans l’inconnue – nouvelle entreprise, nouvelle vie, nouveau club -  et qu’un personnage sympathique nous propose de nous montrer le chemin, naturellement, nous lui faisons confiance. D’ailleurs pourquoi se méfier, n’est ce pas ce que l’on ferait, nous, en pareille circonstance ?  Lorsque le personnage sympathique mais manipulateur est une figure d’autorité – chef, patron, parent ou toute autorité hiérarchique, lorsqu’il nous a été parfois recommandé par un ami de bonne foi – comment mettre en doute notre confiance envers cet inconnu ? Comment mettre en doute notre confiance envers nos parents qui eux ont une confiance aveugle envers le manipulateur ? (Cas de confiance en des religieux, à un ami ou parent pédophile ?) Comment mettre en doute la gentillesse du manipulateur qui nous a rendu un si grand « service » hier ? Service vu de notre point de vu mais qui n’en est pas un pour lui, c’est un appât.

Ces manipulateurs sont souvent attentifs, gentils, actifs. Ils sont souvent efficaces, qualifiés et intelligents. Il sait mettre en valeur ses qualités qui vont lui servir à tisser sa toile autour de la victime potentielle qu’il vient de découvrir. Le pêcheur du dimanche dirait qu’il appâte le poisson.

Comment fait-il ?

Son premier objectif est de mettre sa proie dans « sa poche ». Approche agréable, éloges, petits gestes…. Il crée un climat de confiance, plus de complicité, de joie, de sécurité, d’une ambiance « entre nous » en excluant bien entendu certains, quitte à calomnier sur ces « certains ». En fait il va isoler sa proie, créer une ligne infranchissable entre « entre nous » et le monde extérieur.

En tête à tête, il charme, pose des questions embarrassantes mais lui répond de façon détournée à celle que l’on lui pose et ainsi reste mystérieux. En chacun de nous, par atavisme, nous accordons toujours du crédit à celui qui sait alors que, nous, nous sommes dans l’ignorance, accordant ainsi de l’influence au manipulateur. Il va tout faire pour susciter chez l’autre la fascination. Il faut prendre conscience que la fascination nous réduit, jamais elle ne nous grandit.

Il rend de menus services, nous fait – sous le sceaux du secret- de petits cadeaux, nous donne son temps, nous conseille, recommande fort, du fait de son expérience, tel ou tel article, service, produit, technique ... Il est au petit soin pour nous, nous sommes si important pour lui. Il condescend à nous rendre hommage sans que l’on ait demandé quoi que ce soit. Les cadeaux entretiennent l’amitié n’est ce pas ? Comment alors lui refuser un service, lui qui nous donne et /ou nous en rend tant de services ? Autrement dit, il nous donne tout et on ne peut rien lui refuser.

Le principe de réciprocité qui est tant mis en exergue par le manipulateur stipule qu’il faut payer en retour les avantages reçus d’autrui. On est loin de la Fraternité préconisée hier par lui pour nous appâter. On est plus près d’une amitié basée sur l’échange commercial et encore, dans le système commercial l’échange est équilibré. Le manipulateur, lui, sait mettre en jeu une asymétrie dans la situation puisqu’il choisit, seul, le moment et la façon d’acquitter la « dette » due par ses petits et menus services. Là on peut s’apercevoir que la dette est accompagnée d’horribles intérêts non désirées. L’échange est loin d’être équitable si l’on regarde bien.

Alors se pose la question : « s’aider ou céder ? »

Lorsqu’il est cultivé, il se montre méprisant envers celui qui ne possède pas les mêmes connaissances, n’est pas de son niveau. Il va survoler son savoir d’un ton péremptoire, inondant son discours de date, de lieu, de noms en évitant toute fois d’être trop précis….. Il veut passer pour intelligent et si nous lui posons une question, il se montrera surpris, irrité et évasif. Il est d’autant plus « brillant » que son public l’applaudit. Il mise sur l’ignorance des autres en mettant en valeur les éléments qui peuvent renforcer son autorité : âge, autorité, diplôme, sa position sociale, son expérience.

C’est : « moi je…. et toi tais toi ».

Comment mettre en doute l’autorité de celui qui en est investi ?

Notre éducation nous pousse à ne pas remettre en doute ce que les Parents tout puissant nous disent et par extension tout ceux qui relèvent de cet archétype – professeur, chef hiérarchique, gendarme, « le responsable de tel ou tel organisme qu’il soit privé comme une association ou publique… ». « Le chef à toujours raison par définition » On ne remet pas en cause l’autorité.

La soumission à l’autorité ou aux symboles de l’autorité est totalement inconsciente. Cette influence agit à notre insu.

Certains profitent de leur situation – chef de service, patron, adulte face à l’enfant, grands parents - ou à l’occasion d’une opportunité, lors d’un vote dans un organisme ou association, pour jouer le dictateur. Il a le pouvoir, il va en profiter. Ses critiques, ses attaques, ses comportements sont souvent violents. Rarement il fait des compliments, souvent désagréable, agressif, autoritaire. Il veut être craint, il compte sur la peur qu’il va générer.

Pour son entourage certains le verront comme un caractériel, non, ce n’est qu’un manipulateur. Or il peut être pervers, conscient de son exigence, de son autorité souveraine jouant sur la faiblesse affective de ses subordonnées. Or cette faiblesse n’est pas affective, cette faiblesse vient d’un dysfonctionnement dans les rôles des personnages. Les subordonnés n’ont aucun moyen de briser ce cercle infernal. Lorsqu’il a besoin d’un service, il manie la flatterie et il est difficile de refuser… mais il sait si bien demander… Il a le pouvoir donc il décide seul que les principes et règlements seront appliqués à tout son entourage mais que pour lui il peut y avoir des dérogations. Mieux, rien ne l’empêche de vous traiter d’inhumain et de monstre égoïsme si vous n’êtes pas aux petits soins pour lui s’il lui arrive problème.

Lorsque le manipulateur est « timide » il est difficile à déceler car cet aspect est assez rare. Il juge par ses regards, il est souvent en retrait et silencieux lorsqu’il se trouve en groupe. Cependant, parfois, sa présence peut être perçue comme oppressante. Il utilise souvent un comparse pour faire parvenir son avis, ses critiques à la personne cible, utilisant la « caution » involontaire (ou volontaire lorsqu’il est acquis à sa cause) du messager. Il va agir « par derrière » et crée ainsi la zizanie, les soupçons, propage les commérages, initie la calomnie. Il est difficile alors de découvrir la source du malaise. Et pourtant ce malaise est là prégnant.

Le manipulateur n’a pas vraiment de sens moral. Parfois il se cache là où on ne l’attend pas. Certains métiers ou fonctions nous invitent à baisser la garde. Qui peut imaginer que cet instituteur, ce policier, ce juriste, ce prêtre, ce Pasteur, ce Franc-maçon, ce secouriste puisse être un manipulateur ?  Il profite souvent de son statut social afin de nous dissimuler ses zones d’ombre de sa personnalité.

Lorsque nous touchons à son pouvoir, son territoire, il se transforme. Il devient irascible, méchant, sarcastique, insistant. Il faut qu’il reprenne la main, c’est une question de survie pour lui. Il ne peut perdre la face. L’attitude défensive du manipulateur est analogue à celle du paranoïaque. Cette attitude relève  de la psychose caractérisée par la surestimation du « moi », la méfiance, la susceptibilité et l’agressivité. Le manipulateur attribue aux autres les défauts et les intentions persécutrices. Il ne se remet jamais en question.

Les qualités de tolérance, d’empathie et de compréhension seront impuissantes à nous protéger et vont au contraire être perçues par le manipulateur comme étant des faiblesses de notre part.

C’est lorsque nous prenons conscience de nos propres besoins et qui sont confrontés aux besoins du manipulateur que le choc intervient.  Et, et, et…. Avec le temps, des failles, des mensonges vont apparaître comme une évidence.

Oser refuser, dans tous les cas, constitue un moyen indéniable de sauver son intégrité. Cela fait partie des démarches à suivre pour lutter contre le manipulateur. Dans le cas où nous cesserions de lui trouver un intérêt, il nous jette comme un kleenex. Puis un beau jour, il se retrouve seul, ayant fait le vide autour de lui….

 

Partager cet article

Repost 0
louis.peyé.over-blog.com - dans psychologie
commenter cet article

commentaires

Linda 01/12/2016 18:03

OMG, je lis votre texte et je reconnais tellement ce qui se passe dans ma vie en ce moment. En couple depuis 30 ans avec le même homme, beaucoup d'amour nous unit, mais je crois que ceci ne suffit plus. Suite au décès de mon père en 2007, j'ai pris conscience de l'importance de la vie et j'ai pris conscience de ma véritable identité, ce qui a commencé à déplaire à mon conjoint qui me disait ne pas aimé ma personnalité, trouvais que mon rire avait aussi changé ! Suite à une dispute, quelques jours plus tard me faisait des commentaires sur ce que j'avais pu dire lors de cette dispute mais je ne me souvenais réellement pas d'avoir tenu de tels propos, j'ai commencé à douter de moi, et à me remettre en question....puis plus j'analysais tout ça plus je devenais mêlée dans ma tête ouff ce n'est pas évident de se rendre compte que l'homme que tu aimes et qui t'aime peut être un manipulateur.

J'ai aussi pris conscience que je pouvais être moi aussi une manipulatrice à l'occasion, pourtant tout ceci n'est pas dans ma vrai nature. Je prends par contre mes responsabilités...j'avoue avoir aussi eu certains comportements intolérants envers mon conjoint, ma prise de conscience fut brutale ce matin, mais je suis sur la voie du changement. Si blessure il y a eu dans mon passé, c'est à moi de gérer ça et non aux autres ou mon conjoint d'en subir les contrecoups.

Je suis séparé de mon conjoint depuis presque 4 ans, il est retourné vivre chez sa mère, il a 51 ans, moi 48, sans enfant. Cette décision est venue de lui car trop de querelle au quotidien. Après quelques semaines, il voulait revenir, je n'étais pas prête, je voulais qu'il prenne sa part de responsabilités, un couple est formé de 2 personnes différentes....par la suite, plusieurs mois plus tard, j'étais prête à ce qu'il revienne, il ne l'était pas, j'ai donc respecté son rythme. Par contre, maintenant cela fera 4 ans bientôt....nous nous refréquentons les week-end...au début c'était OK pour moi, mais maintenant je suis prête à passer à autre chose....j'ai envie d'une vie de couple stable. Je suis plus consciente de mes besoins et je lui ai clairement fait comprendre où j'en étais rendu en ce moment dans ma vie. Il veut revenir, mais ne le fait pas !!!....Je commence à trouver ça lourd de sentir qu'il a tout ce qu'il veut (sa mère pour prendre soin de lui et moi pour le sexe)...disons les choses clairement, mais je comprends mieux maintenant à la lecture de votre texte qu'il peut me manipuler et jouer avec mes sentiments.....et j'ai sûrement fait pareil à un moment sans en avoir conscience.....MERCI d'avoir éclairé mes lanternes

paul 12/05/2015 00:23

Bonjour, cet article décrit parfaitement ma personnalité de A a Z. J'ai perdu beaucoup d'ami, et mon cercle social est devenue restreint. J'ai peur de me retrouver seul un jour. Auriez vous des conseils pour changer ?
Codrialement, un manipulateur...

louis.peyé.over-blog.com 02/02/2017 12:51

Bonjour Léonie. Depuis ma petite enfance, je connais la manipulation parce que ma mère l'était. Mais je ne le savais pas. Lorsque je me suis marié, normal, mon ex l'était. Lorsque je m'en suis aperçu - grâce à une thérapie - j'ai changé de paradigme puis divorcé. Ma seconde épouse était entouré de manipulateurs - dans la famille bien sûr. Notre dernier commence à s'apercevoir que son épouse est aussi entouré de manipulateurs dans sa famille. Tous cela pour dire que ce phénomène m'a "pris la tête" et donc j'ai eu à cœur de comprendre le fonctionnement de ces gens malades - c'est une maladie psychiatrique -.
Par contre avoir dénoncé sur mon blog et avoir permis à beaucoup de personnes de prendre conscience, j'en suis heureux. Cependant, je ne suis pas volontaire pour me rendre sur un plateau TV. Tout simplement que j'ai dépassé cette partie de ma vie où j'ai du me battre pour comprendre et m'en sortir. Tout cela est derrière nous et je ne souhaite pas me retremper dans la mélasse. Sans compter que la vérité peut porter tort à plusieurs personnes et cela n'est pas dans mon objectif. A chacun de prendre conscience qu'il est le premier juge de ses pensées, ses paroles et ses actes et qu'il est donc le premier responsable des conséquences. De plus, je ne suis pas un manipulateur tel que l'on le perçoit. Par contre, sachez que nous sommes tous des manipulateurs certains sont négatifs, d'autres l'utilisent pour des résultats positifs. Exemple : vous vous promenez avec votre enfant de 3 - 4 ans et il monte sur un petit muret de presque sa hauteur. Il veut sauter mais, crainte. Alors vous lui tenez la main et vous lui dites "vas y mon poussin" et l'enfant saute, heureux il a réussi - grâce à vous - un exploit à ses yeux, il a pris confiance, il s'est dépassé, il a repoussé son seuil de Peter.
Très cordialement vôtre.
Louis Peyé
louis.peye@gmail.com

louis Peyé 12/05/2015 09:32

c'est très bien de vous en apercevoir. C'est même primordiale. le fait d'être un manipulateur prend sa source dans le prime enfance très souvent. Le mieux est d'aller voir un thérapeute afin qu'il puisse vous aider. Le face à face est indispensable. Encore BRAVO de le dire. Vous êtes sur la bonne voie.

nathalie 31/07/2013 03:21

je suis au prise avec cet etre demoniaque depuis 2 ans jai herite d une somme d argent de la mort de mes 2 parents il en a profiter jusqua me mettre sur la paille il a fait le vide autour de moi avec toutes sortes de mensonges et de menaces au gens de mon entourage il continue , je ne sais pas ciomment me défaire de ce personnage aux geste paranoïaques j jai contacter a plusieurs reprises la police qui ne font rien car il me fait des menaces voilée me harcele jour et nuit mintimide en mabaissant et en me menacant de toutes sortes de cochoneries il mele les gens autour de lui en se fesant des allier jai une fille de 11ans jai peur et je suis literalement au bout du rouleau!!

Louis Peyé 31/07/2013 11:24

Bonjour Nathalie,

Il est important de faire deux choses :
1° l'empêcher de vous voir. Si vous réussissez, très vite, il va passer et aller choisir une autre proie. Pour lui vous êtes une proie car ce n'est pas une personne mais un prédateur et agit de la même façon.Pour ce faire : a) changer la serrure, b) changer de numéro de téléphone, c) quitte à aller dans une association d'une manière temporaire qui recueille des femmes avec enfants qui sont dans le besoin, d) si cela vous est possible, allez consulté un avocat afin qu'un juge prenne un arrêté de vous harceler. Ne tenez pas compte de votre entourage qu'il a retourné en sa faveur, c'est dans sa stratégie. Pensez à vous.
2° ce qui est vitale pour vous, vous reconstruire. Il est important d'aller consulter un psy qui vous redonne confiance en vous. Seul, il vous donnera les conseils pour vous en remettre - et on le fait souvent très bien - et vous renseignera sur le pourquoi et comment vous vous êtes retrouvée dans cette sale situation. Et surtout, grace à lui, vous allez trouver les arguments qui vont lui faire peur ou du moins qui le renseigneront sur le fait que vous n'êtes plus une proie et qu'il ne peut plus rien tirer de vous. Mieux, ce faisant, il va, dans un premier temps, encore vous harceler et de moins en moins souvent jusqu'à lacher prise de lui même. Il n'est pas interdit, cela s'est déjà vu - qu'il ait peur de vous.

Arrivé à ce stade vous aurez la paix. La police ne peut rien faire car ce harcèlement n'est pas visible et peut être pris pour une dépression majeure.

Si cela est possible, allez consulter un avocat afin qu'un juge prenne un arrêté à l'encontre de cette personne et ensuite, la police pourra faire quelque chose. vous pouvez aussi, si cela est possible dans votre ville, allez vous réfugier dans une association pendant quelques temps.
Généralement, ce genre de personnage, n'ayant plus sa victime près d'elle doit impérativement aller en trouver une autre pour sa propre survie, jusqu'à ce qu'elle se retrouve seul elle même.... mais là tout le monde s'en fiche.
N'oubliez pas que vous êtes chargée de famille et que pour votre fille vous devez réussir à la tirer des griffes de ce salopard...

Pourquoi font ils cela ? les victimes sont des cannes sur lesquelles ils s'appuient pour se prouver qu'ils sont puissants - c'est vrai puisque vous obéissez à tout ce qui'il désire - et donc s'il comprend que ce n'est plus le cas, très vite il va vous abandonner pour rechercher ailleurs la puissance qui lui fait défaut.
cordialement et si cela vous est possible donnez moi de vos nouvelles. dès que vous allez montrer "les dents", il va comprendre très vite que la partie est finie.
Louis

Sly282 21/10/2011 16:33


Si j'ai bien reçu vos réponses et les messages sur ma boîte e-mail m'en avertissant. Ils sont simplement dispersés sur le blog : au sujet des angoisses, de l'inhibition. Du coup, mes réponses sont
dispersées elles aussi. J'ai maintenant compris pourquoi les réponses ne correspondaient pas à mes commentaires sur les angoisses et inhibition.
Allez courage pour devenir "pro" en informatique.


louis.peyé.over-blog.com 21/10/2011 13:08


J'essai une nouvelle manoeuvre :

Hello Charmante Dame,

1° pouvez vous me donner un prénom et l'autorisation de vous tutoyer : cela serait plus facile pour moi, merci.

2° Je vais donc répondre avec un peu plus de détaille.

Je ne suis pas surpris de votre réaction et aussi de votre longue réponse qui me fait plaisir. En effet, celle ci démontre que vous prenez conscience de votre état et vous commencez à sortir le
mauvais coté de votre psyché. C'est excellent ! C'est le début de la reconquête de votre "moi" qui s'était laissé phagocité par autrui. Tout cela est prometteur.

Tout à l'heure je vous demandais de ne pas faire de fixation. Cette réaction est tout à fait normal. Vous recommencez à "vivre" comme une nouvelle naissance et quelque part votre premier regard se
portant sur mon blog, vous m'etes reconnaissance de vous "redonner" la vie. Or je ne suis pas votre psy. Je ne peux rien faire d'autre QUE ce que j'ai fais et pourtant il faut poursuivre votre
ascension. L'aide d'un psy près de chez vous serait plus adéquat. Et lui est à même de vous accompagner jusqu'à la rive sécurisante alors que vous êtes semblable à une personne luttant dans le lit
dans torrent fougueux. (C'est une métaphore)

bien ceci étant dit, poursuivons !

A) il est indispensable que vous repreniez des forces et surtout confiance en vous. Confiance veut dire "avec foi". Pour cela l'aide d'un psy augmente la rapidité de votre ascencion vers la
confiance en soi. Vous m'avez évoqué la présence du mari à vos cotés. C'est une excellente chose. Je vais recherchais dans ma musette une méthode de relaxation que je vous communiquerai afin
d'aider votre reprise en main et de plus, le faisant avec votre mari vous en augmenterez la complicité entre vous. Partager une épreuve à deux soude l'alliance. Toute méthode relaxante comme le
yogi, méditation, calme, etc... sont bon à prendre. Selon votre région d'habitation allez soi au bord de la mer , soit faites des promenades en forêt, regardez la nature vibrer est excellent.
Marcher tranquillement et laisser la nature vous envahire. Ne regarder que ce qui est beau, harmonieux.... regardez les animaux, les chats les chiens et si vous en avez le loisir les animaux
sauvages en liberté dans la campagne.....

Une fois que vous vous sentez en forme, achetez les deux bouquins que je vous ai conseillé. Le premier afin de mieux comprendre le fonctionnement de ces personnes toxiques et apprendre à vous en
protéger, le second pour accélerer votre reprise en main. Perso je l'aime bien il est ludique en plus.

Enfin 3° passez à l'attaque. Vous conseillez de lire à tous les collaborateurs de ce malade mental.... Oui la plupart de ses collaborateurs sont jeunes ou sont des femmes dont certaines sont
certainement ses maîtresses. A elles aussi offrez à lire ce livre. Quant au psychiatre, c'est aussi un homme et de part sa formation il peut être rétif à lire ce bouquin, et en tant qu'homme
d'abord avant d'être un technicien de l'âme ou de l'esprit, s'être laissé prendre à la douceur apparante de son chef.... et de vous en vouloir de l'avoir démasqué avant lui..... l'orgueil fait
parfois très mal. Evitons de mal faire.

Ensuite, ce n 'est plus de votre ressort. Laissez le temps agir à votre place. Vous, vous l'avez vaincu et c'est le principal. La vie continue et dans l'histoire maintenant vous serez deux - votre
mari et vous - face à l'adversité.

En ce qui me concerne, j'ai confiance en vous, vous avez de la "niaque" pour vaincre maintenant. continuez !

Cordialement

Louis


louis.peyé.over-blog.com 21/10/2011 13:00


IL n 'est pas passé. Parti dans les oubliettes.... grosse colère vis à vis du blog ! Lorsque je réponds à votre message qui me parvient via la boite à message, celui ci passe à la trappe... in com
pré hen si ble !

Envoyez moi un mail à : louis.peye@free.fr

ainsi il n'y aura plus de problème de transmission.

Merci de votre compréhension.
cordialement
Louis


louis.peyé.over-blog.com 21/10/2011 12:56


Encore une fois, ma réponse à votre message est passé à la trappe.... problème informatique ou de mon inexpérience dans ce domaine.

DONC copier coller en espérant qu'enfin vous l'aurez.

Hello Madame,

Attention pas de fixation. Je ne peux traiter ce problème là d'aussi loin. C'est pour cette raison que je vous suggère d'aller voir un psy pour vous accompagner le temps de reprendre pieds.Vous
êtes comme ce nageur qui veut rejoindre la rive dans un torrent. Vous venez de prendre conscience que vous êtes en mauvaise posture ET AUSSI que vous pouvez vous en sortir. Alors la guérison est
permise. Je vais d'ailleurs solliciter votre mari pour y parvenir.

Je suis obligé de m'absenter. Je vais répondre aux différents message plus tard dans la journée.



à tout à l'heure



cordialement



Louis


Sly282 21/10/2011 09:17


Bonjour Louis,
Je m'aperçois que mon commentaire n'a pas été repris complètement. En fait, je le terminais en vous remerciant de tout coeur pour votre aide et vous disait que j'allais m'appliquer à suivre vos
conseils pour m'en sortir.
Encore merci et bonne journée.
Sly282


Sly282 20/10/2011 14:38


Bonjour Louis,
D'abord un tout grand merci pour votre réponse chaleureuse, sympathique et réconfortante car je me sens enfin comprise. Pour répondre à votre question, non, je n'avais rien reçu comme commentaire
de votre part. Je viens de prendre connaissance de ceux actuellement en ligne et m'envoyés hier soir. Je vous remercie donc d'avoir bien voulu me réécrire votre réponse.
Vous avez très bien ciblé cette personne et moi-même car en effet, je souffre de troubles psychosomatiques depuis cette "rencontre", je ne suis plus bien, très mal dans ma peau, j'ai honte.
J'étouffe intérieurement et cela s'exprime par des spasmes respiratoires, problèmes digestifs, crise de colère tant je me ronge les sangs, rougeurs faciales, etc. Le sommeil n'est pas de bonne
qualité non plus. Je suis de plus obnubilée par cette personne, le mal qu'il m'a fait ne cesse de me tourner dans les méninges. Difficile de le chasser de l'esprit car comme je le disais dans mon
commentaire, je dois être suivie régulièrement pour un souci endocrinologique. En fait, je ne comprends pas pourquoi il m'a choisie comme proie, quel a été son but d'interroger ses collègues et
subalternes à mon sujet, de surveiller mon privé... Qu'est-je donc pu faire pour avoir créer tout cela ? J'étais en état de faiblesse physique et morale quand je l'ai rencontré la première fois.
Facile probablement pour ce genre de personne. Il est, en effet, très égocentrique, égotiste et il le cultive cet égotisme. Il avait réponse à tout et parfois réponse bien idiote, par ex. "J'en
connais MOI des femmes qui prennent encore la pilule (contraceptive) à 60 voire 70 ans". Je ne répondais pas aux âneries qu'il pouvait me dire. Il est intelligent mais j'ai remarqué qu'il avait des
failles. Il se "vendait" par ses propos et c'est comme ça que j'ai commencé à comprendre qu'il se servait d'autrui pour obtenir des infos, des renseignements à mon sujet. Les médecins chez qui il
m'envoyait étaient tous jeunes, au début de leur carrière. Eux aussi n'ont pas été de main-morte avec moi. Tous m'ont dit, mais je ne comprenais pas au début : "Vous savez il m'a déjà contacté à
votre sujet" ; "Après discussion avec lui à votre sujet", etc. Et le choc, ça a été l'espionnage direct de ma vie privée, en sortie.
C'est vrai aussi que j'avais l'air d'une "gosse" devant lui, peur de parler car il savait tout et comme on dit toujours avoir le dernier mot. Sur la même consultation, il se montrait enjoué, puis
s'irritait et ce surtout en fin de consultation comme si j'avais dit ou fait quelque chose lui ayant fortement déplu. Donc je revenais chez moi toute contrariée. Mais il y a un non-dit dans mon
premier commentaire car comme écrit, j'ai passé des détails et non les moindres car c'est une longue histoire : que ce soit ses confrères, une de ses infirmières, ils ont tous cru que soit j'avais
une relation avec lui ou que je la cherchais. J'ai été insultée de séductrice par l'un de ses confrères, à celui-là, je lui ai répondu vertement et il l'a bouclée.
Un autre m'avait demandé comment se passait une consultation avec lui : si je devais me déshabiller, s'il m'auscultait, s'il m'examinait. Non, rien de tout ça. Son infirmière avait une attitude de
femme jalouse en me voyant arriver dans la salle d'attente et avait toujours une remarque cinglante à me faire devant toutes les personnes qui attendaient. Petit à petit, je me suis rendue compte
que j'étais l'objet de quelque chose dans cet hôpital mais de quoi, je n'en sais rien ! Ses confrères pensaient que j'allais souvent en consultation et que je le connaissais bien mais non c'était 1
fois tous les 6 mois et je ne connais rien de lui. Parmi ses confrères avec qui il a de fructueuses relations depuis des années comme il me l'avait écrit, deux de ceux-ci m'ont demandé d'aller
consulter quelqu'un d'autre que lui. Je ne comprenais toujours pas mais aucun de ses confrères ne m'a vraiment mise sur la piste, je savais simplement qu'il les contactait. Mais j'ignore tout le
reste : que demandait-il et pourquoi ? Pourquoi ont-ils pensé qu'il y avait une relation entre lui et moi voire des contacts privés car l'un m'a demandé sur quel numéro de téléphone je prenais mes
rendez-vous. C'était le numéro "public" de son service à l'hôpital.
Donc voilà aussi, une imagination collective de relations privées voire intimes avec lui et une lettre ordurière qu'il m'a envoyée via l'hôpital... Heureusement, ayant un mari jaloux mais dans la
normalité, que j'ai quand même pu lui en parler, qu'il m'a comprise et qu'il me fait confiance car je ne sais ce que mon couple serait devenu.
Ce sont des destructeurs ces gens-là ! Je l'ai malheureusement revu, ce toubib. Non pas en consultation, mais voilà, hôpital unique, ma mère a été hospitalisée d'urgence au service réanimation et
lorsqu'elle a pu quitter cet étage pour aller dans un étage d'hospitalisation "classique", mon mari et moi avons laissé les brancardiers s'occuper de ma mère et nous, nous nous sommes occupés de
descendre ses effets personnels. En sortant de la chambre, nous l'avons rencontré. Il est franchement partout dans cet hôpital. Il était donc au service des soins intensifs. Je l'ignorais au départ
puis il a tout fait pour attirer mon attention, arrivée à sa hauteur, je lui ai dit un simple "bonjour" et lui d'une politesse exemplaire m'a répondu "Bonjour Madame" d'une voix un peu chantante.
Mais je pense que c'était une chance que mon mari me suivait sinon il m'aurait abordée, j'en suis sûre. Mon ignorance de départ ne lui plaisait pas, je l'avais bien remarqué. Puis j'ai à nouveau
été très perturbée avec insomnies, etc. Ensuite je suis toujours allée voir ma mère le soir, des soirs de jours différents et pas tous les jours avec mon mari et vers 18h30, une heure où en
principe il ne doit plus être au boulot. Rien qu'à entrer dans cet hôpital, je ne sais plus respirer avec malaises. La blessure psychologique est très profonde.
Je suis allée en parler à une psychologue qui a bien voulu m'écouter, ce qui n'est pas évident quand vous parlez d'un médecin, mais ça ne m'a aucunement aidée. Concernant les médecins généralistes,
ils sont souvent en réunion avec lui. Et LUI, ce grand monsieur est connu même en dehors de ma ville en tant que personne bien. Je me sens réellement coincée. Mes bilans sanguins sont effectués par
un médecin généraliste déjà âgé qui ne participe pas à toutes ces réunions au sein de cet hôpital avec le manipulateur en question et je ne l'ai pas mis au courant de la situation mais voilà, si
souci avec mes dosages médicamenteux, il va me dire d'aller consulter un spécialiste. Non seulement, il m'a donné mauvaise réputation d'après ce que je peux en déduire mais en plus, c'est lui qui
sera crédible.
Aujourd'hui, je ne sais si sa surveillance est terminée, l'ayant revu lors de l'hospitalisation de ma mère fin août.
En fait, je ne veux plus me montrer pour justement ne plus attiser cette surveillance, pour qu'il oublie la proie que je suis. Pour le cardiologue âgé ayant soigné ma mère, elle pouvait quitter
l'hôpital un mardi. Voilà, ce médecin qui prend congé à partir du lundi, il était venu dire "au revoir" à ma mère du vendredi et lui souhaiter un bon rétablissement, et voilà que le lundi, le
médecin JEUNE revenant lui de congé, reprend le relais et ma mère ne peut plus sortir. Elle a passé bon nombre d'examens inutiles, s'est retrouvée chez le médecin-manipulateur dont il est question
pour des examens et elle y a repassé 3 fois sur 15 jours de temps le même examen chez le médecin-manipulateur.
Aujourd'hui, je me demande s'il ne s'est pas renseigné sur la personne qui était hospitalisée aux urgences quand il m'a vue et qu'il aurait donné ses ordres au jeune toubib car ma mère n'avait plus
rien ! Le problème était réglé par le médecin plus âgé. Je ne le sens pas étranger à cette affaire et c'est pour ça que nous sommes allés lui rendre visite le soir mais jamais le même jour.
Ce que je souhaite, c'est que parmi ses confrères, les mots se lâchent, qu'ils parlent, qu'ils disent qu'ils ont été contactés régulièrement à mon sujet. Que la vérité éclate car pour le moment,
c'est le gentil et sympathique directeur et médecin. Au début que je connaissais ce médecin, l'on m'a rapporté une histoire et sur le coup je n'y ai pas trop prêté attention : une jeune femme
soit-disant amoureuse de lui n'arrêtait pas de le harceler au point qu'il a dû la calmer ! Aujourd'hui, je me demande si elle n'a pas vécu une histoire similaire à la mienne et qu'elle a été mise
aussi au banc des accusés. Bref, elle a mauvaise presse elle aussi. Une autre histoire venant de lui-même : "Vous savez, m'avait-t-il dit lors de la première consultation, quand on se décarcasse
pour quelqu'un et qu'on ne le voit plus, on se demande pourquoi !" Bizarre, ces deux histoires non ?
J'avoue que cela m'aiderait de savoir s'il y a d'autres victimes que moi et comment elles s'en sont sorties.
En général, on apprend tout après.
Vous dites que c'est un malade mental grave, je le sens dangereux comme je l'avais écrit, mais dans son entourage professionnel, il y a bien d'autres personnes qui doivent s'en apercevoir ? Il y a
quand même des médecins-psychiatres qui travaillent avec lui... Je pense qu'un jour tout va s'apprendre et que l'on pourrait bien avoir des grandes surprises de tout ce qu'il a fait et j'avoue que
c'est mon souhait le plus cher.
Je vais lire et relire votre réponse, je prends note des titres de livres et j'avoue que "Les manipulateurs sont parmi nous" j'ai souvent eu envie de l'acheter mais je pensais que j'avais tort de
croire que ce médecin avait un problèm


louis.peyé.over-blog.com 19/10/2011 18:56


En espérant que ce commentaire apparaitra comme le précédent.

Chère Madame,
vous décrivez parfaitement ce qu'est un manipulateur dont vous êtes - effectivement - la proie.

D'abord il faut savoir qu'un manipulateur est un malade mentale GRAVE, qui de plus est très difficile à guérir et qui est du ressort de la psychiatrie. En sont atteints autant les hommes que les
femmes et représente plus de 10% de la population. On les trouve dans toutes les classes sociales. Qui sont-ils ? ce sont des gens très narcisque (moi je ) et aussi de très grands complexés qui
combattent celui ci en compensant ce sentiment d'infériorité par un excès de puissance.
Leur mode opératoir est comme tout les prédateurs vivant sur notre planête de "sentir" la faiblesse de leur proie. Ensuite elle en sont leur "jouet" manifestation de leur puissance. Les
manipulateurs sont terriblement dangereux car ils poussent leur proie au suicide si celles ci n'y prennent garde.
Je vous suggère donc d'acheter le livre d'Isabelle Nazare-Aga "Les manipulateurs sont parmi nous" dont je me suis inspiré par écrire sur mon blog. Edition de l'homme ISBN 9 782761 919715.

Maintenant que faire ?

Comme beaucoup d'entre nous j'ai été une proie pour diverses personnes durant ma vie. Je connais bien le processus pour l'avoir subit. On ne s'en sort jamais indeme, il reste toujours des traces.
Cependant, ces traces agissent toujours comme un vaccin. Une fois que l'on repris pied, on les voit arriver de loin et on s'en débarasse plus facilement. Donc tous, plus ou moins feront
connaissance, accompagneront un de ces malades mentaux.

Dans le message qui ne vous ai pas parvenu en réponse je vous suggérais 1° de trouver un toubib en qui vous aurez confiance et qui vous suive correstement sur le plan médical et ce hors de votre
ville si possible.2° si vous le pouvez aussi je vous conseille de reprendre confiance en vous en allant consulter un psychologue pendant quelques séances. 3° je vous suggère d'acheter ce livre
"S'affirmer et communiquer" de Jean Marie Boisvert et Madeleine Baudry aux Edition de l'homme. ISBN 9 782761 900386. L'important est de reprendre confiance en vous. Chère Madame, le malade n'est
pas vous mais lui. En rien vous n'êtes responsable de ce qu'il est. OK ?
Ensuite, une fois que vous avez acheté le livre "les manipulateur sont parmi nous" - il y a dedans d'autres solutions que je n'ai pas évoquées - vous photocopiez la couverture autant de fois que
vous avez consulté les médecins de votre hopital. A chacun, vous allez donner cette photo copie en disant : Monsieur je vous conseille de lire ce livre, vous me remercierez plus tard. Vous le
faites ou pas, c'est VOTRE problème PLUS LE MIEN" Surtout, n'argumentez pas, ne vous justifiez pas. Vous avez donné ce conseil et chacun est libre de suivre ou pas.
Pendant ce temps, occupez vous de vous, entourez vous d'amis, de la famille de tous les gens qui vous apprécient et vous aiment. Faites autant que possible de la relaxation. Veuillez à ce que votre
santé se rétablisse ET OUBLIEZ le, chassez le de vos préoccupations, de votre vie.

Maintenant que vous avez conseillé à toutes les personnes que vous connaissez dans cet hopital de lire le bouquin, dans le lot, un puis deux puis...... vont le lire et surtout AGIR à votre place et
c'est eux qui vont réagir. Laissez faire.

Maintenant, il est possible que vous soyez dans l'obligation de le rencontrer à nouveau. Soit ! MAIS vous, maintenant vous SAVEZ, vous l'avez démasqué, vous savez que cet individu est NUISIBLE.
Restez sur le plan professionnel, d'adulte à adulte ( voir dans le blog Analyse transactionnelle)Jusqu'à maintenant il avait un langage de "père normatif" à "enfant". En lui montrant que vous ne
l'acceptez plus, vous allez le désarçonnez, le troubler. Maintenez cette image au besoin répondez lui vertement, FERMEMENT même si l'envie de faire pipi vous prend. Mentez lui par votre culot. Si
vous le croisez dans un couloir, ne le saluez pas, ignorez le, ne répondez pas à aucune sollicitation verbale ou gestuelle. Ainsi, ce faisant, vous le replongez dans sa propre petite enfance et
pendant quelques minutes, il va paniquer. Profiter pour disparaitre. Vous verez qu'au bout d'un certain temps, il ne vous opportunera plus et même vous évitera. Si vous êtes assez patiente, vous
apprendrez au " café du commerce locale / par la rumeur" que ce monsieur, suite à une..... excuse quelconque sera muté ailleurs. C'est à dire que les médecins que vous aurez conseillé utilement sur
les manipulateur sont parmi nous aurons fait leur travail de salubrité. Vous l'aurez vaincu !

C'est du vécu et le sera bientôt pour vous.

de tout coeur avec vous.

ne regardez pas trop les "fôtes", je sais que j'ai fait des erreurs de frappe - lol !

Louis


louis.peyé.over-blog.com 19/10/2011 18:07


Chère Madame,
je vous ai expéidé - via overblog - ma réponse qui répond à votre questionnement.

je ne comprends pas.

je vais refaire une tentative.

cordialement.

louis


Sly282 19/10/2011 14:15


J'ai lu tous vos articles concernant les personnes toxiques, les manipulateurs. J'y retrouve vraiment le comportement de ce médecin. Comme dit dans mon commentaire (et j'en profite pour présenter
mes excuses pour les quelques fautes d'orthographe), j'ai peur de cette personne. Les manipulateurs occupant des postes de pouvoir, sont-ils dangereux ? Je me suis sortie de son "jeux", bien que
psychologiquement je n'en suis pas rétablie, mais je ne le consulte plus mais si je venais à être hospitalisée dans cet unique hôpital où ses confrères et subalternes sont sous sa direction, est-ce
que je risque une "vengeance" de sa part de lui avoir échappé ? Ces manipulateurs supportent-ils que leurs proies les rejettent, les découvrent sous leur vraie face bien cachée ? Dans mon cas, vu
qu'il est médecin-directeur, dans un seul et unique hôpital, que puis-je faire pour me protéger en cas d'hospitalisation ? J'avoue que je le considère comme dangereux et c'est la première fois que
quelqu'un me fait si peur. Merci. Sly282


louis.peyé.over-blog.com 19/10/2011 17:19



Hello Madame, 


je vous ai répondu dans un précédent article. Je vous ai aussi donné quelques marche à suivre.


 


N'avez vous rien reçu ?


 


cordialement


Louis



Sly282 19/10/2011 11:28


Bonjour, Je vous remercie pour votre article on ne peut plus explicite. Je pense avoir été victime de ce genre de personne. En tout cas, la description que vous en faites correspond exactement à la
personne à qui j'ai eu affaire pour des soins de santé. Et oui, un médecin mais un médecin occupant également un poste à la direction médicale. J'étais dans état vraiment maladif quand je l'ai
rencontré. Bien sûr, il m'a aidée, bien aidée même. Très gentil, compréhensif, d'une amabilité incroyable, très très très serviable. Puis il m'a envoyée voir un de ses confrères, puis un autre...
J'ai été à chaque fois "chassée" du bureau de consultation de ses confrères parce qu'il téléphonait à mon sujet, se renseignait sur ma personne, il m'a fait suivre dans mes endroits de sortie
(incroyable mais vrai !). Je n'avais pas accès à mes résultats d'examens, je n'en recevais aucune copie malgré mes demandes écrites et orales mais il avait pris la précaution de m'envoyer un
courrier précisant que la copie de mes résultats était jointe et à part le courrier, il n'y avait rien d'autre dans l'enveloppe. Sur les demandes de bilan sanguin, il surlignait en fluo vert "copie
patient", mais je n'obtenais toujours rien. Toutes les précautions ont été prises de sa part au niveau de la clinique pour laquelle il travaille.
Quand je me suis plainte par écrit à lui-même d'être poursuivie dans mes sorties privées, il m'a retourné un courrier on ne peut plus ordurier m'écrivant qu'il ne comprenait pas pourquoi aucun de
ses collègues avec qui il avait de fructueuses relations m'était systématiquement impossible à consulter, qu'il se sentait attaqué par mes propos visant ses collègues, qu'il ne voyait pas le
pourquoi de cette prise de sang à effectuer alors que tout allait bien et qu'une seule fois par an suffisait. Heureusement que j'avais la preuve par courrier que c'était lui qui demandait ce
nouveau bilan sanguin ! Il suivait mon parcours par l'intermédiaire de ses confrères. Comme je n'avais aucune copie de bilan sanguin à leur donner, ils devait entrer en contact avec le médecin en
question et de là, il les contactait régulièrement. Ses confrères étaient de plus en plus désagréables avec moi et je n'allais plus les consulter. Dans son courrier ordurier, il ne pouvait me
prendre en charge seul m'avait-il écrit et je devais impérativement être entourée d'une équipe ! (probablement une équipe spéciale entourant ma vie privée). Vu son attitude, il serait devenu mon
seul et unique médecin ! J'étais une proie, sa proie. Il n'avait pas le temps, surcroît de travail important, il donnait les résultats de prise de sang par téléphone mais moi, je devais
impérativement me rendre en consultation pour les obtenir... Il s'irritait, s'énervait souvent par des propres histoires de sa connaissance qu'il me racontait et avait cet art de me culpabiliser de
l'état dans lequel il se mettait lui-même. Je passe beaucoup de détails mais pas les moindres. Je ne le consulte plus, j'étais trop mal avec cet individu. Je ne puis rien faire contre lui. Son
courrier ordurier a été dactylographié et expédié de l'hôpital et moi, j'avais dénoncé cette surveillance de vie privée par courrier mais envoyé à son privé ! Je suis donc une bien drôle de
personne pour l'hôpital, c'est moi qui cherchait à le voir par le biais de résultats de prise de sang ! C'est moi qui ne m'entend avec aucun de ses confrères ! Mais c'est bien lui qui par ses
contacts téléphoniques qui me poursuivait. Il a jusqu'à téléphoner à ma gynécologue qui m'avait dit : "Il veut tout savoir et tout diriger !" mais savoir quoi et diriger quoi ? Il s'est servi de
ses subalternes pour me dire que je devais sortir et l'endroit m'était même donné ! Aujourd'hui, j'ai honte, j'ai peur. Je ne bouge plus de chez moi non pas par peur d'être poursuivie mais par peur
que l'on me voit dans un endroit, qu'on aille lui dire et que la surveillance recommence. Hôpital unique dans une petite ville très politisée où il occupe un poste de pouvoir. Il est tellement
gentil, aimable, attentionné, que je sais que je ne suis pas crédible puisque j'ai déjà essayé d'en parler.
Précautions prises de son côté par son courrier où il se "blanchit" avec un art inouï. Ce type me fait grandement peur. En tant que patiente ambulante, je suis libre d'aller où je veux pour me
soigner mais une hospitalisation d'urgence serait impérativement dans cet hôpital ! Je vis dans la peur, je ne suis plus à l'aise quand je vais en ville. De plus, je m'en veux de m'avoir laissée
berner. Je me sens trahie, dégoûtée, et vous allez dire que j'y vais fort mais pour moi, ma vie privée a été violée et ça je ne le supporte pas ! Il avait accaparé ma vie ! Comment me protéger,
m'en sortir ? J'ai vraiment l'impression d'être dans une impasse, d'être dans une prison car médicalement j'ai toujours besoin de soins qui sont à vie. Si je n'avais pas besoin de soins médicaux,
j'oublierais certainement plus facilement mais ici, je me sens prisonnière. Et il le sait, ce toubib que je dois me soigner à vie, qu'il n'y a qu'un seul et unique hôpital, que tous ses confrères
lui doivent "obéissance" ! J'ai déjà pensé à déménager bien loin. Mon mari a compris la situation parce que cette lettre ordurière faisait sous-entendre que je cherchais à le voir alors qu'il avait
mis ma vie sous son contrôle !
Bien joué de sa part, il s'est bien "blanchit" et je me retrouve au banc des accusés. Je sais que je peux rien faire contre lui. Je vous remercie de m'avoir lue et j'ose espérer un conseil, de
l'aide. Merci pour votre article.
Sly282


Présentation

  • : Le blog de louis.peye.over-blog.com
  • : Réflexions qui suis-je ? où vais-je ? pourquoi ?
  • Contact

Recherche

Liens