Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2010 5 17 /12 /décembre /2010 17:32

Le système hiérarchique.

 

Nous avons conservé de notre ascendance animale, l’habitude d’agir en groupe, derrière un chef. Celui-ci avait pour objectif d’organiser la stratégie de la capture du gibier, de la défense du clan, de l’attaque et de la conquête de nouvelles zones giboyeuses. Si, des temps les plus reculés jusqu’à une époque récente, le chef était le plus fort (dans le sens thermodynamique), on lui demande aujourd’hui d’autres aptitudes. Le néo-cortex est particulièrement sollicité.

 

Nous faisons partie d’une société qui nous renvoie l’image de nous même. Nous ne pouvons pas la rejeter sans nous exclure nous même. Tous nos actes se font en fonction de notre environnement.

 

Toute action se situe dans un environnement où se trouvent des objets ou des Etres qui permettent un apprentissage gratifiant assurant le renforcement de l’équilibre cellulaire et du maintien du système nerveux de l’individu. L’appropriation de cet espace gratifiant peut et, souvent, devient source de conflit d’intérêt entre les Etres se trouvant dans ce même espace environnemental. Apparaît ainsi, pour éviter les affrontements, l’établissement d’une hiérarchie, une notion de Dominant – Dominé.

 

C’est une réaction primaire et reptilienne chez l’homme moderne lorsqu’elle est sa règle de vie.

Le Dominant appuie son autorité

1.  Soit sur son charisme, son savoir-être rayonnant apprécié de  tous.

2.  Soit sur une cause extérieure à l’individu (grade dû à l’ancienneté, apport de capital….)

 

Dans le premier cas, rares sont les sources de conflits. Lorsqu’ils

surgissent, ils sont initiateurs de progrès et de réflexions innovantes

pour tous.

 

Dans le second cas, les comportements « réactifs » contesteront l’autorité de ce Dominant. Les conséquences induites peuvent être désastreuses pour tous. Ce Dominant peut présenter, dans sa vie privée, un comportement sexuel perturbé et excessif. Cela provoquera alors une colère disproportionnée vis-à-vis d’un événement dans le cadre professionnel. Il pourrait également masquer une tendance homosexuelle latente inconsciente avec manifestation de colère violente dirigée contre lui- même quel que soit le contexte, privé ou professionnel. Des faiblesses physiologiques inhérentes apparaîtront alors au niveau de la gorge, de l’estomac, des intestins, du sexe ou des genoux. Dans des cas graves, l'individu peut développer un cancer.

   

L’expérience démontre que la mise en alerte de l’hypophyse (cerveau reptilien) et de la corticosurrénale aboutit, si elle perdure dans le temps ou si elle est trop répétitive, à des pathologies viscérales. On rencontre souvent ces symptômes chez :

1.  Les dominés qui subissent sans espoir de fuite.

2.  Les dominés qui cherchent à crédibiliser leur dominance nouvellement promue.

3. Les dominants qui sont contestés et qui tentent, par tous les moyens à leur disposition, de maintenir leur position.

 

On remarque que la recherche d’assouvissement de la satisfaction de la motivation s’effectue selon deux modes souvent mixés :

1.  recherche maximum de la possession matérielle de biens

2. recherche de la promotion sociale et hiérarchique

 

 "Hors ces deux modes de motivation, point de salut ! " Si quand même, lorsque l'Individu dépasse ce stade pour se réaliser, sa motivation est autre, réflechie, productive.... 

 

Toute la créativité de l’individu va le pousser à la satisfaction de son désir selon les antécédents inconscients socioculturels pour bénéficier de bienfaits et dérogations que l’individu veut voir refuser aux autres – c’est le vieux syndrome de la Carmagnole qui perdure. On se compare souvent à son voisin et la jalousie devient moteur motivationnel. Les professionnels de la Pub en joue d'ailleurs.

 

Dans tous les cas, l’individu va tout faire pour accéder aux rôles de Dominant ou de conserver cet état. On assiste parfois à des comportements compensatoires. Chacun d’entre nous ayant un besoin vital de satisfactions ira dans une autre Organisation se les procurer si ces satisfactions sont inaccessibles dans son environnement présent. On peut voir le cas d’un employé modeste d’une entreprise être le chef d’orchestre de la fanfare municipal et donner le « la » à son patron, simple musicien. Ce cas est très frèquent en Maçonnerie où l'individu qui ne peut avoir un statut honorifique dans son environnement professionnel ira rechercher la "gloire" comme Vénérable Maître de la Respectable Loge .... à l'Orient de ...... où tous ses Frères le loueront lors de son intronisation. C'est souvent un mal nécessaire dans la société actuelle.

 

La recherche de la satisfaction à atteindre l’objet de nos motivations à …. dans un environnement hyper concurrentiel, d’hyper consommation, d’hyper créativité, d’une rentabilisation à outrance est créatrice de stress à terme invalidante. Le paroxysme étant atteint lorsque l’individu est enfermé dans ce dilemme : la réussite ou la chute. Cette motivation à assouvir ses pulsions ira dans le respect des règles établies par la société ou dans le non-respect de celles-ci. Ici aucune morale n’entre en considération. Seule la survie compte. « C’est la loi de la Jungle version moderne »

 

Notre système nerveux nous permet d’entrer en contact avec notre environnement, d’agir sur lui pour notre épanouissement. Dans celui-ci tout ce qui permet notre bien-être physiologique, mental existe et s’offre à nous. L’appropriation de l’objet de nos convoitises donne le plaisir. Le plaisir apporte bien-être et félicité qui réparent et entretiennent l’organisme. Lorsque nous ne pouvons nous approprier le plaisir convoité, nous entrons en lutte pour son acquisition. Deux choix s’offre à nous, se l’approprier ou le laisser à l’autre. dans le premier cas, nous avons été reconnu comme Dominant, dans le second cas nous reconnaissons à l’autre la dominance et admettons d’être Dominé. Pour éviter les luttes incessantes de dominance, la Société inventa la hiérarchie. Le Dominant impose sa loi et un Code officiel pour les différents actes de la vie.

 

Mais si cet objet représente une valeur réelle pour un Dominé, il y a risque de confrontation qui implique lutte ou fuite. (Dans notre Société, le Code officiel, le Droit, reconnu par tous comme arbitre, départage les protagonistes)

 

Refuser allégeance à un groupe organisé (donc ayant un chef) est refuser son mode de vie, ses valeurs et ses récompenses. C’est refuser aussi sa protection en cas de danger. C’est refuser d’être reconnu, d’être critiqué, c’est être exclus, être ignoré par tous et vivre en solitaire. Quelle personnalité peut espérer fleurir dans la solitude ? Ce besoin d’appartenance est si fort, impérieux qu’il est notre talon d’Achille. Qui n’a entendu ce chantage une fois dans sa vie ? : tu fais ceci ou cela ou bien tu démissionnes. N'est ce pas Gambetta qui a dit : "'Messieurs, il faut vous soumettre ou vous démettre ! " Voilà une des bases de "l’esprit maison" tant recherché par les Dominants producteurs. Alors que l’entreprise devrait être un champ d’action à la créativité, l’Homme, chez ce producteur, reste un maillon de la production, objet comme la machine qu’il utilise. Cet Homme s’il veut survivre, doit produire comme la machine qu’il manie. Peut-on motiver une machine ?, on peut ne pas motiver l’homme mais le contraindre. C’est du taylorisme archaïque.

 

Si l’homme se sert de son imaginaire pour accéder au plaisir, il faut se rendre à l’évidence, le plaisir peut être gâché par le système hiérarchique créé par l’Homme. Pour éviter le conflit, l’agressivité non exprimée, reste la fuite. Nous savons qu’une montée d’adrénaline favorise la circulation sanguine dans les organes. C’est souvent une excellente chose et motif de satisfaction d’avoir fait ça……. Trop, elle favorise aussi l’anoxie dans les organes abdominaux. Là on va à l’encontre du but recherché. Trop souvent répétée, cette montée d’adrénaline causera des lésions dans ces organes, et favorisa aussi les situations d’évitement.

 

Quand la hiérarchie est aliénante, elle est source d’angoisse et perte de créativité. Quand un système nerveux ne trouve plus dans son environnement la possibilité d’effectuer des actes gratifiants ; il ne lui reste plus que la fuite (d’où un perpétuel turn-over pour l’entreprise), la soumission avec une baisse notable de rentabilité et la dépression avec ses conséquences psychosomatiques pour ceux qui restent.

 

La plus grande richesse que l’Homme puisse offrir n’est-elle pas le plaisir de travailler selon ses désirs ? Si le propre de l’Homme est de créer et de concrétiser la réalisation de ses pulsions, quelle énergie va-t-il déployer dans ce domaine pour s’accomplir au bénéfice de l’Organisme dans lequel il travail !

 


Partager cet article

Repost 0
louis.peye.over-blog.com - dans sociologie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de louis.peye.over-blog.com
  • : Réflexions qui suis-je ? où vais-je ? pourquoi ?
  • Contact

Recherche

Liens